En 1947, un film anticipait ce que seraient nos vies en 2015
CINEMA

En 1947, un film anticipait ce que seraient nos vies en 2015

en-1947-un-film-anticipait-ce-que-seraient-nos-vies-en-2015-une

D’un point de vue technologique, la première moitié du XXème siècle est bien éloignée de l’époque actuelle. L’année 1947 a pourtant vu naître un troublant film d’anticipation qui décrit, point par point, nos manies et notre dépendance aux smartphones et autres objets connectés.

Dans un court-métrage intitulé « Télévision, œil de demain », qui a refait surface sur le site de l’INA, il souffle comme un air de 2015. À l’époque, ce film ne faisait que prédire de façon exagérée les utilisations futures de la télévision. Mais cette adaptation cinématographique d’un essai de science-fiction de Barjavel est aujourd’hui le reflet de notre quotidien.

Le film nous renvoie en miroir l’importance que l’époque actuelle accorde aux images, leur prédominance et leur pouvoir ; mais aussi l’omniprésence d’appareils à transporter partout vers lesquels tous les regards sont braqués. Comme une soixantaine d’années se sont écoulées depuis sa sortie, la voix off et l’image peuvent au premier abord paraître vieillottes. Mais dans l’extrait ci-dessous, ce qui est dit n’a rien de démodé :

Des smartphones en passant par les tablettes tactiles jusqu’à la télévision à la demande et aux projections 3D : ce passé qui imaginait le futur est dorénavant notre présent.

« On fera des postes de poches, grands comme une lampe électrique. Plus besoin d’acheter un journal, on se branchera sur l’émission d’information, ou sur l’éditorial politique, ou sur la chronique de mode, ou sur le compte rendu sportif, voire même sur un problème de mots croisés » commente la voix off.

« Et la rue présentera un singulier spectacle » est-il ajouté, alors qu’à l’image des passants tiennent dans leurs mains de petits appareils qui absorbent leur attention. À tel point qu’ils ne voient plus ce qui se déroule autour d’eux. La fiction est devenue réalité jusque dans la sphère politique, où l’apparence physique prime dorénavant sur les idées. « Les ministres de demain, au lieu d’être choisis pour leur valeur, leur intelligence, leur dévouement à la cause publique, seront choisis pour la séduction de leur sourire, et le velouté de leurs yeux»

Car vous aurez soif de progrès !

Recommandés pour vous:

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: 1947-2015 - Das Frankreich-Blog - France blog

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

To Top