Si l’art n’est pas toujours la discipline qui attire les foules, Google a décidé d’inverser cette tendance en mettant sa technologie et la reconnaissance faciale au service de la curiosité (ou plutôt du narcissisme) du public. Ainsi avec la dernière version de l’application Android Google Arts & Culture, il est possible à tout un chacun de tenter de trouver son sosie parmi les millions de photos de tableaux et sculptures présentes dans la base de données du projet.

Si vous vous demandez si vous avez eu un sosie dans le passé (immortalisé dans l’art), Google vous permet désormais de le savoir. Traitement de sons, d’images, de texte… : l’intelligence artificielle est capable de beaucoup de choses. La vision par ordinateur est l’un de ses domaines d’application, et quand la base de données est suffisamment fournie, cette technologie peut faire des merveilles. Google est bien décidé à le démontrer, et c’est aujourd’hui aux amateurs d’art que le leader parmi les titans GAFA s’adresse.

L’application Android Google Arts & Culture, déjà familière parmi les personnes intéressées par la peinture, la sculpture, l’architecture et la musique, vient donc de se déployer sur un nouveau terrain : vous prenez un selfie, l’application trouvera le tableau ou la sculpture avec votre sosie.
Dans certains cas, les résultats peuvent être époustouflants, comme le montre cette collection de photos rassemblée par un musée québécois qui s’est lancé dans un projet similaire.

Depuis l’application, l’utilisateur prend une une photo de son visage et Google utilise sa technologie de vision par ordinateur pour aller parcourir sa base de données et trouver un portrait dans un musée qui soit le plus ressemblant possible. Le résultat s’affiche au côté du selfie d’origine avec un indice de correspondance et l’endroit où le tableau en question se trouve.

Cette fonction a visiblement emballé les mobinautes qui se sont empressés de publier des exemples sur Facebook, Instagram et Twitter.


Elle n’est pour le moment disponible qu’aux États-Unis. Mais étant donné son succès et le fait que cela lui permet d’entraîner ses algorithmes à peu de frais, il serait étonnant que Google ne la rende pas disponible au plus nombre.