Du rififi chez les gangsters. 

La polémique enfle depuis plusieurs jours sur internet et les réseaux sociaux quant à la possibilité d’interdire aux mineurs le nouvel opus de Rockstar Games. Attendu depuis longtemps par les fans, GTA V voit son arrivée ternie par la rumeur d’une interdiction de vente en France au moins de 18 ans. 
Concrètement, cette interdiction s’appliquerait par l’impossibilité pure et simple d’acheter le jeu sans preuve d’âge, et ce sur l’ensemble du territoire français. Bien que les jeux video soient déjà sous le coup d’une réglementation via la norme PEGI, GTA V serait donc relayé au rang de produits tels que l’alcool ou la cigarette. 

1353678882_GTA-V-PC

Interdire aux mineurs? Mauvaise pioche.

L’émergence de cette polémique soulève plusieurs questions: pourquoi mettre en place une telle interdiction, quelle ampleur prendrait-elle et à quelle point la rumeur est-elle sérieuse? 
Cette interdiction s’applique déjà sur des produits associés à des pratiques à risques ou à des conduite addictives. Il s’agirait donc ici de contrôler l’influence que pourrait avoir la violence du jeu sur les conduites de publics influençables. Bien entendu, le débat reste ouvert quant à cette influence, son ampleur et surtout ses limites. Par ailleurs, de vieilles questions se posent toujours quant à la pertinence d’une telle interdiction, vue la facilité des consommateurs à la contourner. Dans tous les cas, la communauté de fans ne l’entend pas de cette oreille, s’insurge de la possibilité d’une telle interdiction et le fait savoir en parodiant la bande annonce du jeu. 
[youtube id= »uM94-7Ktx8c » width= »620″ height= »360″]
Quelle ampleur prend la polémique? Il serait réducteur de parler simplement du mécontentement de la communauté de fans. Certes, les mineurs représentent une large part du public du jeu et Rockstar ne s’est pour l’instant pas encore prononcé sur la question. Mais la polémique enfle alors que de nombreuses fusillades font l’actualité ces derniers jours. Notons par ailleurs que ce n’est pas la première fois qu’une telle polémique éclate spécifiquement à l’encontre de Rockstar, puisqu’un sénateur américain avait déjà demandé l’interdiction d’en vendre les jeux. D’ampleur politique, c’est donc dans un contexte déjà houleux qu’émerge la polémique.
Connu pour la violence de ses jeux, Rockstar Games à déjà fourni par le passé de nombreux arguments au discours journalistique visant à lier, à tort, les conduites à risques et les jeux video violents. La possibilité d’une interdiction de vente aux mineurs, alors que ces dernières années les règles de prévention en termes de santé publique se durcissent, n’est donc pas a prendre à la légère. Mais si une telle proposition se concrétise, nul doute que Rockstar Games ne se laissera pas dépouiller si facilement d’une telle part de marché.