Sans surprise, le remake de « ÇA » (IT en anglais) bat actuellement tous les records de fréquentation aux USA et arrive dans nos salles très prochainement.

Ce qui est cool avec le remake d’un gros classique comme celui-ci, c’est qu’on ne peut pas vraiment vous spoiler puisque tout le monde a au moins vu le téléfilm sorti en 1990 sur ABC ou a lu l’oeuvre de Stephen King.

Si t’as moins de 15 piges et que t’as jamais entendu parler de « ÇA » le gentil clown bouffeur d’enfants, tu peux retourner devant Dora l’Exploratrice.

Première bonne nouvelle, le scénario de base est respecté contrairement à la malheureuse adaptation de Death Note sur Netflix qui a traumatisé plus d’un fan de la Japan Expo. Ce qui nous frappe dès le début, c’est une réal aux petits oignons, des plans recherchés et des transitions soignées, chose qui demeure assez rare pour un film d’horreur et en vrai… C’est pas trop demandé avec un budget de 35 millions de dollars ? Deuxième gros coup de coeur pour la bande son qui reprend exactement les codes de l’oeuvre originale et joue sur la nostalgie des vieux comme jamais.

L’histoire commence comme l’a écrit Stephen : un petit garçon bien relou nommé George Elmer aka Georgie s’en va jouer sous la pluie avec « la » petit bateau flottant que son grand frère lui a confectionné. Sauf que Georgie va croiser le chemin du clown affamé alors qu’il aurait carrément pu rester pépouze à la maison devant Dragon Quest ou un petit porn magazine. (c’est presque pareil nan ?)

On est carrément fans des images du petit malheureux courant derrière son bateau en papier et on passe très vite de 0 à 100 sur l’échelle du gore avec un cruel et inattendu « incident ». (on évite de vous gâcher la surprise mais l’epicness est totale) On est moins sûrs de la crédibilité du clown aux dents de lapin et au makeup surfait. Faut croire que le maquillage raté de l’oncle René pour le carnaval faisait vraiment son charme à l’époque.

La suite, c’est une bande d’enfants en vélo qui partent à la recherche de Georgie, découvrant au gré de leurs aventures leur âme d’héros Marvel !  Attendez, ce serait pas le scénario de Stranger Things « ça » ? Surtout que l’un des petits potos de la bande n’est d’autre que Finn Wolfhard, l’un des acteurs phare de la série. En fait, ce remake c’est un peu comme un long épisode de Stranger Things sans la meuf chauve qui saigne du nez. Blague à part, on imagine que Stranger Things s’est grassement inspiré de « IT » bien avant son remake. Ceci explique sans doute cela…

Malgré quelques longueurs, on rentre assez vite dans l’histoire, les personnages sont attachants, fun et caricaturaux à souhait avec le courageux, le faible, le petit gros, le black et la jolie fille badass mais ce genre de merdes fonctionnent toujours bien. D’ailleurs, on a presque pas envie qu’ils meurent. (sauf pour l’asthmatique hypocondriaque)

Globalement le pari est tenu, les effets spéciaux donnent une toute autre dimension au téléfilm des années 90 sans totalement le dénaturer et les premières critiques sont unanimes. La deuxième partie « Ça, le retour » est plus que prévisible, une nouvelle qui ravira à coup sûr les coulrophobes. (cf. la coulrophobie : la phobie des clowns)

Préparez-vous à flotter et retrouvez « ÇA » en salle le 20 septembre prochain !