Sorti pour la première fois en 2002 sur la PlayStation 2, le jeu Ratchet et Clank fait un retour fracassant sur le devant de la scène en 2016 avec un film, mais aussi un nouvel opus vidéoludique sur PlayStation 4. On partage avec vous nos impressions après nos premières heures de jeu. 

Comme pour le tout premier jeu, on retrouve Ratchet. Un Lombax mécanicien qui rêve de quitter sa planète pour rejoindre et combattre aux côtés de ses héros : les Rangers Galactiques. Après une audition ratée, Ratchet fait la rencontre de son futur acolyte métallique, Clank. Il n’en faudra pas plus pour que les deux compères partent à l’aventure pour protéger la planète de l’infâme Drek et son comparse le docteur Néfarious.

Une véritable claque graphique

ratchet-clank-debarquent-sur-ps4-2

Le premier contact avec Ratchet et Clank nous prouve que le jeu dispose de sacrés arguments, d’abord en terme de graphismes. Il est clair que nos deux héros mettent largement à profit la puissance de la PS4 : une profondeur de champ qui laisse apparaître une direction artistique maîtrisée. L’environnement global de chaque niveau est soigné jusqu’à la plus petite texture. Chose qu’on remarque dès le premier niveau : l’ami lombax est passé chez le toiletteur et son pelage sonne tout aussi vrai que les ombres et les particules. Après les opus sur PS3, la barre était haute et avec ce nouvel épisode, elle est une nouvelle fois dépassée pour nous en mettre plein la vue.

Peut-être même un peu trop ? Entre les explosions, les infos à l’écran et les effets sur le HUD, on se perd un peu. Mais après tout, la destruction de masse qui fait partie du gameplay suffit à justifier cet excès. Quand on donne au joueur un lance roquette qui fait la taille de son personnage, c’est normal que ça fasse de la lumière.

C’est comme la première fois, mais en mieux

ratchet-clank-debarquent-sur-ps4-3

Du côté du gameplay et de la prise en main, on retrouve Ratchet dans ses meilleures heures. La rigidité du premier épisode laisse place à l’expérience du studio Insomniac Games qui est à l’origine de la franchise. Le jeu est fluide et on le prend très rapidement en main. Il suffit de quelques minutes seulement pour comprendre qu’il est possible d’effectuer des combos impressionnants en alternant corps-à-corps et combat à longue portée.

En ce qui concerne la difficulté, nous avons hissé le niveau à son niveau maximal et il faut bien l’avouer : les ennemis peuvent prendre le dessus au moindre écart. Même si le jeu peut se résumer à un plateformer basique avec ses couloirs et ses nombreux quicksaves, les plus distraits pourraient rapidement se trouver en danger.

Pour ce qui est de l’expérience de jeu à proprement parlé, nous avons redécouvert avec beaucoup de plaisir la violence gratuite dont Ratchet pouvait faire preuve face à ses ennemis, ainsi que sur les éléments de décors qui cachent quelques boulons (monnaie officielle du jeu). Boulons qu’il faudra d’ailleurs économiser pour acheter de nouvelles armes. Ces achats font partie intégrante du jeu et la possibilité de faire évoluer votre arsenal pour venir à bout encore plus rapidement de quelques blargs lourdement armés est encore de la partie.

Comme à son habitude avec les R&C, le studio Insomniac propose quelques phases de jeux différentes en plus du jeu principal, comme notamment des batailles aériennes et des courses d’hoverboard. Il faut reconnaître au studio la volonté de toujours varier les plaisirs et même si par le passé on pouvait être exaspéré par quelques longueurs, la durée des phases a été suffisamment réduite pour ne pas décourager.

Un relecture subtile du scénario original

ratchet-clank-debarquent-sur-ps4-4

Comme souligné précédemment, la sortie du jeu a été accompagnée de celle d’un film. Deux événements qui sont intimement liés puisque le scénario du premier opus vidéoludique de Ratchet et Clank a été retravaillé afin d’intégrer quelques-uns des éléments du long-métrage à cette version PS4.

En effet, plus qu’un simple remake HD du jeu original, le studio Insomniac propose dans cette version 2016 une véritable relecture du scénario de la première oeuvre vidéoludique. Les équipes ont réussi à mélanger des éléments tirés du long-métrage avec le premier titre de la licence. Une rencontre entre deux époques et deux façons de faire qui donne naissance à quelques incohérences vite effacées par le plaisir de jouer. Que vous étiez présent ou non en 2002 pour l’arrivée de R&C sur PS2, leur retour sur PS4 marque bel et bien le début d’une nouvelle aventure.

Pour ce qui est de la durée de vie du jeu, il vous faudra entre dix et douze heures de jeu environ pour venir à bout du scénario en fonction de la difficulté. Si vous avez l’âme d’un complétiste, R&C 2016 saura vous offrir une seconde aventure plus corsée en conservant vos armes et les récompenses cachées découvertes. Petit bonus, un système de carte à collectionner vous proposera des variantes plus ou moins brutales.

ratchet-clank-debarquent-sur-ps4-5

Au final, Ratchet et Clank nous a séduit dès les premiers instants avec sa direction artistique dans la même veine que celle du premier jeu et soucieuse de proposer une œuvre vidéoludique à la hauteur de la monture de Sony. L’univers est toujours aussi déjanté et offre une seconde lecture aux joueurs les plus fidèles avec des clins d’œils et un respect ahurissant pour le jeu de 2002. Les personnages complètement délurés sont toujours présents et l’arsenal permet toujours de s’éclater en éclatant.

Autre point positif : le prix. Si le jeu a eu le droit à une opération de communication digne d’un triple A, on est à un prix plus abordable avec moins de 40€. Pour ce qui est des points négatifs, il faut parler des possibles phases de gameplay un peu trop similaires et une durée de vie trop courte. Toujours est-il que la licence a eu le droit à un gros lifting. On a pris du plaisir sur les premières heures de jeu à la fois parce qu’on retrouvait deux héros qu’on a toujours aimé et surtout pour le séjour en HD sur des lieux qu’on connaissait déjà. Clairement, la suite se fait déjà attendre.