Aux États-Unis, l’impression 3D d’armes à feu est désormais légale

Après plusieurs années de procédures judiciaires entre le gouvernement et Cody Wilson, la justice a tranché : aux États-Unis, il est désormais légal d’imprimer des armes à feu en 3D, ainsi que de distribuer des modèles 3D pouvant être utilisés pour créer et assembler des armes. Retour sur cette affaire.

C’est en 2013 que commence cette affaire. Le site Defence Distributed, dont Cody Wilson est à la tête, met disponible au téléchargement un modèle 3D permettant d’imprimer un pistolet, le Liberator. En seulement quelques jours, le modèle a compté plus de 100 000 téléchargements et le département d’État américain en a été alarmé.

Cody Wilson est alors prié de mettre son site hors ligne, en raison du Règlement sur le commerce international des armes (ITAR) qui permettait de soutenir que Wilson avait exporté des armes à l’étranger sans autorisation.

Bien que Wilson ait fermé son site, il a également entamé un procès contre le gouvernement américain, se basant sur le Premier amendement de la Constitution américaine qui correspond à la liberté d’expression. Et son argument a apparemment fait mouche, puisque la justice américaine a tranché en sa faveur.

Cody Wilson souhaite désormais reprendre le développement de sa plateforme de modèles d’armes à feu en 3D pour créer la plus grande base de données mondiale dans le domaine.

WTF : Un adolescent chinois a dû être opéré d’urgence après s’être inséré un câble USB dans le pénis

SOLDES : Le Huawei P9 Lite est disponible à un prix imbattable !