Fais-le-toi-même : la web-série d’Arte qui part à la découverte des makers et des fab labs

Actuellement, la web-série Fais-le-toi-même est disponible sur le site Arte Creative en replay. Elle est composée de 8 épisodes : des minis documentaires passionnants qui nous emmènent dans l’univers créatif des makers et du Do It Yourself.

Depuis quelques années, Arte Creative propose des séries au format court et très ludique qui rassemble un concentré d’audace et de talent. C’est le cas d’ailleurs de l’équipe à l’initiative de cette web série Fais-le-toi-même ! Les réalisateurs Adrien Pavillard et Camille Bosqué, nous proposent 8 épisodes d’environ 8 minutes. Une série documentaire 100% geek qui pourra vous éclairer sur le monde électrisant des Fab labs.

«  C’est l’importance du « faire » par rapport au « savoir ». Aujourd’hui, on apprend beaucoup, pour avoir un jour (peut-être) la chance de faire. Moi je, crois en l’inverse : il faut apprendre un petit peu et faire beaucoup. » 

C’est ainsi que s’était exprimé Adrien Pavillard, en soutien à ces nouveaux modes de créations.

La force de ce documentaire est de nous faire réfléchir à d’autres moyens que ceux, que nous impose la société d’aujourd’hui. D’ailleurs, les différents intervenants, musiciens, artistes, performers, nous dévoilent chacun à leurs tours leur caverne d’Ali Baba, les Fab labs ! Ils recèlent des trésors, pas dans le sens financier du terme, bien entendu ! Mais plutôt dans le sens du plaisir de partager, de tester et de comprendre le monde qui nous entoure. Les markers peuvent être assimilés aux roi de la débrouille qui s’expriment par le biais de leurs créations, de leurs arts. Comme le disait Eugène Schueller, « le plus difficile n’est pas d’avoir une idée, mais de la réaliser ».

 Outre la joie de concevoir des machines, les thèmes comme l’obsolescence programmée, le recyclage sont abordés aux cours des derniers épisodes qui se veulent plus engagés, par une critique acerbe des géants du web (Google, Apple,Facebook et Amazon). 

À chaque début d’épisode, vous serez portés par la poésie d’un slam à la fois enivrant et à la fois glaçant qui s’adapte au thème abordé : Découvrir“, “Fabriquer“, “Enchanter“, “Sampler“, “Transformer“, “Partager“, “Résister“, “Imaginer“.

Alors bienvenu dans le monde de la débrouille ! Tous les épisodes sont disponibles ci-dessous.

ÉPISODE 1 : DÉCOUVRIR
Les makers n’hésitent pas à ouvrir les objets afin d’en créer eux-mêmes qui correspondent à leurs envies. L’important pour eux c’est de distiller cet état d’esprit aux autres : passer de l’idée à l’objet, du pixel au réel.

 

ÉPISODE 2 : FABRIQUER
Créer des objets simples, fascinants, enchanteurs mais qui ne servent à rien…à priori ! Alex Weber et Albertine Meunier fabriquent pour la beauté du geste, pour satisfaire un besoin profond. Derrière cette apparente naïveté, ils révèlent la complexité et l’utilitarisme du monde numérique et technologique.

 

ÉPISODE 3 : ENCHANTER
Certains artistes détournent les technologies et font ainsi évoluer leurs styles. Ils apportent au public une nouvelle façon d’envisager les spectacles avec une touche de magie, une utilisation de la technique que l’on ne connaissait pas jusqu’alors.

 

ÉPISODE 4 : SAMPLER
La ville est le terrain d’expérimentation des hackers/makers, ils réinvestissent l’espace public. L’humour, la dérision, l’esprit vandale et le spectaculaire sont leurs armes, ils dénoncent ainsi la pollution visuelle de la publicité et du marketing à outrance.

 

ÉPISODE 5 : TRANSFORMER
Pour fabriquer ce que l’on veut, tous les moyens sont bons… surtout récupérer les déchets pour en faire de nouveaux matériaux de création. Si l’éco-conception n’est pas une pratique exclusive aux makers, elle est liée à leurs valeurs : réparabilité, conception responsable, capacité de modifier et de recycler les objets créés… Une façon de lutter contre l’obsolescence programmée.

 

ÉPISODE 6 : PARTAGER
L’intelligence collective est au coeur du mouvement maker. C’est en partageant ses créations, en laissant en libre accès les outils et les logiciels, en transmettant les savoirs et les pratiques que chacun pourra à la fois contribuer au bien commun et trouver les informations dont il a besoin pour créer librement.

 

ÉPISODE 7 : RÉSISTER
Internet incarne cette capacité à échanger, à s’approprier des moyens d’expression… mais ça, c’était avant les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Electrons libres, les hackers/makers organisent la résistance. Ils dénoncent les abus, révèlent les systèmes par lesquels les géants du web nous imposent leur vision du monde, grâce à leurs créations subversives, absurdes ou drôles.

 

ÉPISODE 8 : IMAGINER
Les makers s’attaquent aussi au système de production et de consommation qui rend les utilisateurs dociles. Ils veulent contribuer au changement en proposant de nouveaux modes d’échanges, de nouvelles formes de création. Un mouvement mondial à l’échelle locale dans lequel chacun trouve sa place, se sent utile, se réalise.