Retour vers le Futur : la critique acerbe de Libération lors de la sortie du film en 1985

La saga Retour vers le Futur est aujourd’hui considérée comme l’une des œuvres cultes de l’univers Geek. Pourtant, lors de la sortie du premier film en 1985, tout le monde ne voyait pas la chose du même œil. C’est notamment le cas du journal Libération, qui en avait délivré une critique pour le moins acerbe…

Vous le savez : aujourd’hui, mercredi 21 octobre 2015, est la date à laquelle Marty Mcfly arrive dans le futur. L’occasion pour nous de revenir sur l’aberrante critique qu’avait faite Louis Skorecki pour le journal Libération du premier film de la saga, lors de sa sortie en 1985.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’y sont pas allé de main morte. On peut notamment lire : « Retour vers le Futur est le ramassis d’images le plus inoffensif que l’Amérique nous ait envoyé depuis des années » ou encore que le film est « un des plus consternants navets qu’ait produits la bande à Spielberg« .

Une critique qui évidemment, nous fait beaucoup rire trente ans plus tard, tant cette saga a marqué sa génération, et même la suivante.

retour-vers-le-futur-la-critique-acerbe-de-liberation-lors-de-la-sortie-du-film-en-1985-1

Evidemment, cette critique a fait le tour des réseaux sociaux, et le journal Libération s’est vu dans l’obligation de réagir. Pour cela, ils ont choisi d’écrire un article « pour mieux comprendre le contexte de cette publication« . Ils y évoquent notamment la critique de Gérard Lefort, parue le Libération du 31 août 1985, soit deux mois avant la critique de Skorecki, qui elle, est bien plus reluisante puisque Retour vers le Futur y est décrit comme un «film de chouchou, premier de la classe et particulièrement surdoué pour ratisser tous azimuts» remplis de  «gags poilants qui valaient bien le déplacement ».

Le journal continu en rappelant que « la critique de Retour vers le futur parue à sa sortie (ndlr : celle de Skorecki) n’était qu’un encart au sein d’une double page consacrée aux producteurs et collaborateurs réguliers de Spielberg, le couple Kathleen Kennedy et Frank Marshall« .

retour-vers-le-futur-la-critique-acerbe-de-liberation-lors-de-la-sortie-du-film-en-1985-3

Double page dans laquelle Kathleen Kennedy déplore que «personne n’arrive plus à trouver d’histoires originales, il n’y a de place que pour les effets spéciaux et les suites». Libération choisi alors de soulever l’ironie en rappelant que Kathleen est, depuis 2012, la présidente de Lucasfilm et que c’est elle qui gère donc la production des six prochains films Star Wars attendus entre 2015 et 2020.

Pour se dédouaner, Libération a donc fait le choix de jeter la patate chaude dans les mains de Kathleen Kennedy, en prenant pour appuie la déclaration de Doc dans une vidéo mise en ligne par Universal : «le futur est différent de ce que nous avions tous imaginé». 

Certes. Néanmoins, Doc n’a rien évoqué quant au fait de relancer la faute sur les autres pour se tirer d’une situation délicate. Quoi qu’il en soit, c’est une drôle de façon de se justifier (on salue la mentalité) et qui ne dédouane en aucun cas de journal de la critique de Louis Skorecki. Et si on assumait simplement de s’être trompé, les choses ne seraient-elles pas plus simples ?

Source